Synthèse

Les aires urbaines les plus peuplées sont aussi celles où le taux de vacance est le plus faible.

Vouloir mobiliser les logements vacants pour résoudre les problématiques d’habitat ne saurait être une solution suffisante sur les zones les plus tendues puisque c’est par définition sur ces territoires que les logements mobilisables sont les moins nombreux.

Les investisseurs ont intérêt à privilégier les aires urbaines les plus peuplées et éviter les territoires classés en zone B2.

 

Accéder à l’étude complète en cliquant sur la vignette ci-dessous :