Source : Mieux Vivre Votre Argent
Date : N°432 – avril 2018
Journaliste : Anne-Lise DEFRANCE

[..] Une étude approfondie du marché locatif local est un préalable indispensable

[..] Il doit également se trouver dans un secteur où le marché locatif n’est pas saturé. Pour s’en assurer, une seule solution : étudier avec attention les indicateurs Insee de la commune où va être construit le bien, à savoir l’évolution du nombre de ménages, le taux de vacance au sein du parc immobilier, le revenu moyen de la population locale ou encore le taux de chômage. Si vous craignez de ne pas vous y retrouver dans toutes ces données, pas d’inquiétude ! Le Laboratoire de l’Immobilier, service d’études de Theseis, plate-forme dédiée aux professionnels de la gestion de patrimoine, le fait gratuitement pour vous sur son site internet (Labo-immo.org).

« Sur un marché équilibré, le ratio « nombre de logements/nombre de ménages » tourne autour de 1 à 1,2. Un résultat inférieur à 1 indique une ville déficitaire en termes d’habitat et donc un marché immobilier tendu. A l’inverse, un résultat supérieur à 1,6 montre une commune surchargée en logement, qui doit être considérée avec méfiance pour un investissement », analyse Franck Vignaud, directeur de cet observatoire. A titre d’exemple, alors que Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) présente un ratio « nombre de logements » par ménage de 1,1 et un taux de vacance locative de 5,9%, Chartres (Eure-et-Loir) affiche un ratio de 1,72 et un taux de vacance au-delà de 10%.

[..] Méfiez-vous enfin des gestes commerciaux et autres florilèges de remises promises en cas de signature rapide comme, par exemple, les frais de notaire offerts ou un rabais de 1000 euros par pièce. « Ce n’est pas forcément une bonne affaire car leur coût est généralement déjà intégré dans le prix de vente », met en garde Franck Vignaud.