Source : Crédit Foncier – La revue « L’ODI »

Auteur : Michel Mouillart, Professeur d’économie à l’université Paris Ouest, Frics

Conclusion : « Si on se limite aux constats s’appuyant sur de fragiles comparaisons européennes, la conclusion (à charge) ne peut que s’imposer : dans un contexte budgétaire tendu, les aides au logement sont trop élevées et « socialement et économiquement inefficaces », d’autant que leur impact inflationniste est « évident »… surtout si elles sont accordées à des ménages modestes dont la demande rendue artificiellement solvable ne peut que déséquilibrer les marchés. Quoi qu’il en soit, il pourrait paraître logique de ne pas voir le secteur du logement comme un simple consommateur de ressources budgétaires et/ou publiques rares. Ni au niveau global, ni au seul niveau du budget de l’État ! Car si toutes les mesures de soutien au secteur du logement ont un coût global, tant pour le budget de l’État que pour les partenaires (les collectivités locales et les partenaires sociaux) habituellement associés à la mise en œuvre des orientations publiques de la politique du logement, la nécessité de construire à un rythme soutenu et durant de nombreuses années s’impose sauf, bien sûr, à accepter de transmettre aux générations futures un patrimoine obsolète et dégradé, loin des préoccupations du développement durable. De même, il semble difficile de poursuivre dans la voie ouverte avec la remise en cause des aides personnelles au logement si, dans le même temps, les revenus d’activité des ménages modestes ne leur permettent pas de se loger dans des conditions de confort comparables à celles des autres ménages.

Mais pour l’heure, l’effort de la collectivité en faveur du logement continue de descendre, largement sous le chiffre emblématique des 2 % du PIB et au point le plus bas de ces 40 dernières années. Il devrait ainsi s’établir à 1,57 % en 2018, pour 37 milliards d’euros courants. Et il semble difficile à ce niveau de faire plus et mieux avec moins. »

Une étude détaillée à découvrir en suivant ce lien.